Buzzbizweb, du buzz, du biz et du web | Benjamin Mercadier

[ Réseaux sociaux ] Les challenges des réseaux sociaux

février 29th, 2008 by buzzbizweb

Le buzz Facebook s’amenuise ?

Vous pensez que son modèle économique est tout trouvé et pérenne ? Que les réseaux sociaux de niche n’ont aucun avenir (et vous n’avez pas lu « The long tail » ???) ?
Abordons ensemble les challenges à venir pour les réseaux sociaux.

> Difficulté de monétisation et publicités boudées
Si l’on se base sur les difficultés exprimées par Google sur l’amortissement publicitaire des réseaux sociaux, il semble que les prochains modèles économiques publicitaires soient à la peine sur les réseaux sociaux, le social ads se doit d’être optimisé s’il veut perdurer.
Autre faits parlant : Marketers affirme que sur 10 000 personnes qui visualisent une bannière sur réseau social, seulement 4 personnes en moyenne cliquent sur cette pub.


> Trop de niches ?
Il semblerait que l’effet « Long Tail » ne soit pas propre aux réseaux sociaux, la multiplication des “marques blanches” (où les utilisateurs peuvent créer leur propre réseaux, exemple NING) nuisent à la concentration et favorise la dispersion.

L’avenir pourrait vraisemblablement démontrer tendance inverse : à savoir que les acteurs proposant des réseaux clefs en mains devraient diminuer pour ne proposer que quelques solutions (à la manières des blogs) .

 

> Le chat et la souris
Les agences de communication commencent enfin à démontrer à leurs annonceurs qu’ils feraient bien d’écouteur leurs utilisateurs sur du long terme via des réseaux sociaux (par exemple)… toutefois il faut garder en tête que d’autres réseaux (ou autres site fonctionnels) vont arriver et vont devenir à la mode et que les utilisateurs sont extrêmement volatiles … du coup c’est un peu le chat et la souris, les influenceurs partiront des réseaux pour d’autres nouveautés alors que les annonceurs viennent tout juste de s’approprier un réseaux vieillissant…


> Des informations erronées ?
Il paraitrait qu’1/3 des informations laissées par les utilisateurs de réseaux sociaux soient fausses, inexactes et ou étonnées.
Open ID pourrait être la solution à ce problème mais tant qu’il y aura des niches, il faudra qu’Open ID se développe encore plus et plus vite.


> Et les stats ?
Comment proposer aux annonceurs de s’installer sur ces réseaux sans chiffres probants ? Est ce que les plateformes en marque blanches fournissent des stats parlantes ? Facebook, Myspace communiquent sur les inscriptions mais qu’en est il du reste ?
Et quelle est vraiment l’utilisation qualitative des membres ? leurs activités etc ?


> La toute relative sécurité
Vous êtes sur-poké par des inconnus ? Et Myspace qui continue à être le terrain d’excitation de beaucoup trop de pervers… ça ne va pas vraiment s’arrêter là.


> Les données de votre vie privées ne sont pas dans un coffre fort en Suisse mais l’argent qui tourne autour de ces données pourrait bien s’y trouver (elle est de moi celle là).
Aussi, prenons l’exemple de Facebook, où de plus en plus d’API font appel aux données personnelles (eh oui il faut bien vous rendre accroc).


> “Ne me quitte pas”
Le NY Times le dit donc c’est vrai. Il semble qu’il soit très difficile de clôturer un compte Facebook : des données semblent toujours sauvegardées, des emails de relance pour revenir…


> L’essoufflement Facebook / Myspace ne bénéficierait-il pas aux vrais réseaux “net-working” type Viadeo, Netlinked ? Pendant que certains pokent à tout va d’autres continuent toujours à construire un maillage professionnel.
Le retour aux valeurs professionnelles et au B2B pourrait être l’une des tendances 2008.


> Productivité et pouvoir d’achat ?
Eh bien oui chers lecteurs, pendant que vous réseautez, vous ne travaillez pas (d’ailleurs certaines entreprises ont déjà banni l’accès à Facebook pour leurs salariés) et si vous ne travaillez pas eh bien vous ne produisez pas .. mais vu que vous réseautez sur vos horaires de travail, vous augmentez votre ‘présence’ sur votre lieu de travail et donc vous faites des heures sup’…
Du coup réseauter pourrait être l’un des meilleurs moyens à augmenter votre pouvoir d’achat, c’est la théorie du social notworking.


> Quelle valeur ajoutée ?
Hormis les applications destinées à arroser vos amis et à faire grossir le social map (afin que tout le monde soit connecté les uns aux autres), quel contenu ces réseaux sociaux doivent intégrer afin de garantir une plus large audience et se différencier ?

Une réponse pourrait résider dans le contenu qui pourrait être un vrai pendant à l’activité de networking, tout comme une multiplication de “clubs” participatifs au sein desquels les annonceurs s’exerceraient à mieux connaitre ses utilisateurs.
Un prochain sujet sur Buzzbizweb proposera des thématiques de contenu pour répondre à cette problématique.



Laissez un commentaire

Please note: Comment moderation is enabled and may delay your comment. There is no need to resubmit your comment.